« Le secret d’affaire est une directive dangereuse qui est discutée et mise en place pour protéger les multinationales, et non les petites et moyennes entreprises qu’il nous faut sauver, comme annoncé initialement. Dans la mesure où ces entreprises peuvent faire appel à cette directive pour faire passer leurs intérêts économiques devant les intérêts généraux et légitimes des Européens […]. Il faut absolument que cette directive soit stopée ou bien cadrée si nous ne voulons pas que l’Europe ne soit dirigée par les multinationales. »

« A chaque fois que nous portons atteinte aux règles de transparence, à la protection des consommateurs, et à la protection des salariés. Nous ouvrons notre marché, le marché européen, aux pays qui ne respectent ni les normes sociales ni les normes environnementales, et nous commettons une erreur grave. Si nous ne mettons pas une définition claire au secret d’affaires, nous ne protégerons pas les TPE et les PME. »

 

Intervention du 23 février 2015