Orly : plus de cent personnes pour défendre le Bois-Grignon

Corinne Nèves pour Le Parisien

Orly, samedi matin. Une centaine de personnes, habitants et nombreux élus EELV ont défendu le Bois Grignon.
Orly, samedi matin. Une centaine de personnes, habitants et nombreux élus EELV ont défendu le Bois Grignon. (LP/C.N.)

Ils ont dérangé les écureuils, hérissons, perruches, mésanges bleues et autres petites bestioles, mais pour eux, c’est pour la bonne cause. Samedi à partir de 11 heures, une bonne centaine d’habitants d’Orly, soutenus par une dizaine d’élus EELV locaux ou voisins, se sont retrouvés dans le Bois Grignon, l’espace boisé et non exploité de 3 ha qui fait l’objet d’un projet d’aménagement de la ville d’Orly.

Tous refusent les 50 logements en cession à la propriété, les 110 en résidence senior privée et le jardin aménagé qui feraient disparaître ce vrai petit bois. Ils veulent le préserver pour le rendre accessible à la population.

« C’est un combat contre la vie et la mort que vous menez maintenant, ici. Trois hectares de bois, c’est la vie ! Nous serons toujours à vos côtés pour défendre cela. » Pascal Durand, député européen (ex-EELV) était de la partie ce samedi, à Orly, répondant à l’appel de Philippe Bouriachi, patron de la section locale EELV appuyé par l’association Orly Thiais Grignon née en 2011 pour la défense de cet espace naturel. Sous les frondaisons, dans une clairière improvisée en lieu d’apéro-festif, chacun pouvait s’exprimer sur le sujet. « Moi j’ai toujours connu ce bois et j’y jouais quand j’étais jeune », assure une dame aujourd’hui mamie. « Ma mère me racontait qu’elle venait chercher du lait à la ferme implantée là », ajoute une autre.

Tandis que la mairie d’Orly utilise le terme de « friche » pour parler du site, Ali Id Elouali, adjoint au maire de Choisy parle du Bois Grignon comme « un poumon vert et un patrimoine commun » avec sa ville voisine. Alain Lipietz, conseiller T12 du 94 est aussi pour la défense de l’espace boisé « d’autant plus que la population d’Orly n’est pas riche ». Tandis que Marie Lecler-Bruant, co-secrétaire départementale EELV 94 déclare que « la concertation est possible avec la maire d’Orly en prenant en compte la contrainte budgétaire », le conseiller de la ville de Paris, Jérôme Gleizes, assure « qu’il n’est pas négociable de détruire le bois », et Mounir Satouri, président du groupe écologiste à la région ajoute « qu’il existe des alternatives pour le logement en utilisant les friches industrielles ». A la région aussi, François Damerval, trouve lui « la problématique malsaine sur une ville qui n’a pas de problème de finances ». De son côté, la mairie a lancé une concertation locale sur le futur aménagement. Une étude d’impact va aussi avoir lieu pour mesurer les conséquences écologiques du projet.